fbpx
Vue de la mangrove dans les îlets du Robert en Martinique

La mangrove a un rôle important à jouer dans l’équilibre des écosystèmes de Martinique. 

Mangrove :

Les mangroves sont des écosystèmes marins des régions côtières intertropicales localisées au fond des baies abritées. Elles sont constituées d’arbres très adaptés à ce milieu saumâtre, appelés les « palétuviers ».

Dans les Antilles il y a 4 espèces de palétuviers :

Le palétuvier rouge : mangrove de bord de mer (grande profondeur d’eau)

Le palétuvier noir : mangrove arbustive (faible profondeur d’eau)

Le palétuvier blanc : dans la zone sèche

Le palétuvier gris : dans un sol sableux plus ou moins inondable

La mangrove de Martinique s’étend sur une superficie d’environ 1800 hectares et représente environ 4% de l’espace forestier de l’île.

Vue de la mangrove dans les îlets du Robert en Martinique

Capacité extraordinaire d’adaptation :

Les palétuviers rouges et noirs sont capables de vivre dans l’eau salée grâce à un système ingénieux pour extraire le sel. Ils filtrent le sel par leurs racines et le surplus est stocké dans les feuilles jaunies qui sont condamnées.

Grâce à ses racines échasses, le palétuvier rouge est capable de se stabiliser dans un sol vaseux.

Il s’agit d’exemples d’adaptation, toutes les espèces de palétuviers ne fonctionnent pas de la même manière.

Ces végétaux ont une capacité exceptionnelle  à vivre dans un sol pauvre en oxygène, grâce aux lenticelles (petits pores) placées sur les racines aériennes (racines échasses, pneumatophores).

Vue de la mangrove dans les îlets du Robert en Martinique

Indispensable à l’équilibre :

Protection contre l’érosion : protège le littoral de l’agression des vagues, tempêtes et tsunamis.

Filtration des sédiments et des polluants, préservant l’eau claire pour le bon développement des récifs coralliens.

Refuge pour la croissance et l’alimentation des poissons (mulet, pisquette, tarpon, etc.), crevettes et langoustes.

Les oiseaux ont également besoin des mangroves car elles conviennent parfaitement à la nidification. Sans les mangroves, les oiseaux seraient privés d’un précieux refuge.

Nous devons protéger les mangroves pour l’équilibre des écosystèmes marins.

Vue de la mangrove dans les îlets du Robert en Martinique

Palétuvier rouge :

Il représente la  frontière entre la  terre et  la  mer. Ses feuilles sont épaisses et résistent aux embruns.

Ils poussent dans la mer et se maintiennent en place grâce à ses racines, les « échasses ». Ses racines sont aériennes : elles partent directement des branches et se développent en direction du sol.

Sur les racines se développe une riche vie aquatique : on y trouve des huitres de mer, des éponges, et des sabelles (vers tubicoles).

Il doit son nom aux tanins qu’on extrayait autrefois de son écorce pour la teinture.

Il bénéficie de propriétés médicinales contre les piqûres et morsures.

Vue de la mangrove dans les îlets du Robert en Martinique

Palétuvier rouge (reproduction) :

Ils ont une reproduction vivipare : la  graine germe directement dans le fruit et se transforme en jeune plant alors qu’elle est encore attachée à l’arbre. Quand ce plant tombe dans l’eau, il se fixe dans la vase.

Souvent, ces plantules sont entraînées par les eaux, peuvent y rester plusieurs semaines et parcourir de grandes distances en  conservant leur viabilité, d’où l’extension importante des mangroves le long des côtes tropicales.

Palétuvier rouge en Martinique

Pneumatophores :

Les palétuviers noirs et blancs ont des racines aériennes appelées « pneumatophores ». Elles remontent à la surface autour du tronc pour alimenter les racines en oxygène.

Les pneumatophores sont protégés  par  du liège et percés de petits pores appelés « lenticelles » qui permettent les échanges gazeux entre l’atmosphère et l’arbre.

La mangrove en Martinique dans les îlets du Robert

Crabe violoniste :

Le crabe violoniste doit son nom à l’hypertrophie d’une de ses pinces qui est beaucoup plus grande que l’autre chez le mâle.

À marée basse, il sort pour se nourrir d’animaux et de plantes en décomposition.

Il creuse son terrier dans la vase des mangroves en aérant le sol. Il devient ainsi un acteur essentiel de la survie des palétuviers.

Il se cache immédiatement dans la vase si vous vous approchez à moins de 5 m.

Si vous restez à bonne distance, il exhibera volontiers sa grosse pince dans un surprenant ballet chorégraphique.

En Martinique, il est aussi appelé crabe « C’est ma faute » ou « Sé ma fòt » à cause du mouvement de  sa  pince se  repliant régulièrement sur le devant de sa carapace.

Crabe violoniste sur une plage de Martinique

Menaces :

La mangrove est menacée par des causes naturelles : les tempêtes tropicales.

En Martinique, les mangroves ont été longtemps considérées comme des lieux sales et malsains. Prétexte idéal pour y établir des zones portuaires (Fort-de-France), zones industrielles, aéroports (Lamentin), maisons, complexes touristiques, etc.

De pontons « sauvages » sont aussi construits en coupant les palétuviers pour amarrer les bateaux.

La mangrove souffre de pollutions d’origines urbaines (décharges, eaux usées, etc.), industrielles (hydrocarbures, métaux, etc) et agricoles (pesticides, etc.).

Pendant ces 50 dernières années, à l’échelle planétaire, plus de la moitié des mangroves ont été détruites par l’homme.

Vue de la mangrove et d

Protection :

Il y a 3 000 ans, les amérindiens y récoltaient  des huîtres et y chassaient des animaux pour se nourrir. Certaines espèces, comme le lamantin et le flamand rose  ont  déjà  disparu  des  mangroves  antillaises  à cause de la chasse abusive.

La mangrove a été exploitée pour ses ressources : le charbon de bois, le bois  de  construction (échafaudage), le tanin, fait à partir d’écorces de palétuviers.

En Martinique, l’ONF et le PRNM ont aménagé différents endroits (l’étang des  Salines, la  Caravelle et la baie des Anglais par exemple) pour observer la faune et la flore de la mangrove.

Vue de la mangrove dans les îlets du Robert en Martinique
Housset

Mysticisme :

Dans la mangrove martiniquaise, il y a de nombreux lieux magiques. Des manipulations malsaines et des maléfices s’accomplissent au sein de ces lieux calmes et isolés. La croyance populaire veut que le matin, quand un nouveau jour se lève, tous ces méfaits disparaissent.

Vue de la mangrove dans les îlets du Robert en Martinique
×

 

Bonjour

Discuter avec nous directement depuis WhatsApp

× Informations et réservation
Délice

Délice

Dénébola, Plaisirs Nautiques

I will be back soon

Délice
Hello,
Envoyez-moi votre message sur whatsApp pour une réponse rapide.
WhatsApp